Épinglé

🌻 Bonjour ! Nous sommes heureux de vous offrir ce matin la quatrième édition de notre « dico des mots extraordinaires ». Retour lundi dans notre format habituel.

À RETENIR

Les mots pour vivre ensemble

iStock

💨 Aloha

Ce bonjour hawaïen signifie : « Toi et moi partageons un même souffle ». Aloha s’accompagne du honi, une étreinte visage contre visage. Collées l’une à l’autre, les deux personnes entament alors ensemble une grande et même respiration, pour se rappeler leur humanité commune. Mais Aloha est bien plus que cela : c’est un état d’esprit empreint de bienveillance, de compassion, d’unité et de tolérance. Aloha a forgé la réputation d’hospitalité d’Hawaï. Depuis 1986, le mot est inscrit dans la Constitution de l’archipel.

❣️ Jeong 정

En Corée du Sud, le jeong est partout, dans la vie quotidienne, les séries à la télévision ou les chansons de K-pop. C’est pourtant l’un des mots les plus difficiles à expliquer. Ce « sentiment du cœur » englobe l’amour, l’attachement, la bienveillance, la confiance, la tendresse. Le jeong infuse partout dans le quotidien. C’est un gâteau partagé avec les voisins. Une soirée karaoké entre collègues. Le jeong, c'est la passion des jeunes amants et la tendresse des vieux couples qui se chamaillent sans cesse. Le lien charnel qu’éprouve un parent pour son bébé. C'est un sentiment du lien, un sentiment centrifuge qui part de soi pour aller vers les autres. On peut l’imaginer comme une goutte d’encre dans l’eau. Un fil qui nous relie. Ou un grand parapluie d’émotions positives qui protège du han 한, l'amertume, la tristesse, le chagrin.

🍾 Merak

Dans les Balkans, merak, c'est une forme d'hédonisme, l’art de faire de sa vie une fête. C'est un grand bonheur qui naît de la somme des petits plaisirs simples du quotidien (partager un bon repas avec des amis, s’aimer, chanter, boire, rire aux éclats) et dont on doit savoir jouir pleinement, sans s’encombrer du passé ou de l’avenir.

« Tous les matins, on a une mission. Trouver la gaieté au milieu des raisons de désespérer. La beauté au milieu des laideurs. La gentillesse au milieu des visages fermés. L'ouverture au milieu des fermetures. Si vous acceptez cette mission, la journée sera magnifique. Si vous la refusez, allez vous recoucher tout de suite ! »

Édouard Baer

Comédien et réalisateur français

À RETENIR

Les mots de nos émotions

iStock

🌊 Fiu

Ce mot tahitien — prononcez fiou — désigne un mélange de fatigue, de trop-plein, d’ennui, de spleen, de lassitude, de démotivation et de ras-le-bol. Fiu, c’est quand la vie et les autres vous saoulent ! Un désir irrépressible de ne plus rien faire, d’envoyer tout balader, sa liste des courses, ses responsabilités, sa vaisselle, sa mère au téléphone, son patron, ses rendez-vous Zoom et ses enfants. Être fiu, c’est être lucide sur son état émotionnel et exprimer le désir de rompre avec. En Polynésie, c’est un sentiment que l’on comprend et respecte. Le mot fiu est entré dans le Larousse français en 2015. Il est donc valide au scrabble, et c’est bien pratique.

😢 Weltschmerz

Confrontés aux tumultes de l’actualité — le Covid, l’Ukraine — rendons grâce à la langue allemande de savoir nommer les émotions qui peuvent nous assaillir. Weltschmerz c'est « la douleur du monde ». Weltschmerz, c’est à la fois une lassitude et une mélancolie, une souffrance de l’âme et un mal de vivre qui nous saisit quand nous réalisons que le monde réel ne correspond pas au monde tel que nous voudrions qu’il soit. Et ce décalage nous est insupportable.

💧 Awumbuk

Quand un ami ou un amant venu vous rendre visite doit repartir, comment supporter le vide qui vous envahit ? Le peuple Baining en Papouasie–Nouvelle-Guinée a un très beau mot pour décrire cette douleur de l’absence : awumbuk. C’est un sentiment entre chagrin et léthargie. Une lourdeur d’âme également : pour voyager léger sur la route, celle ou celui qui part laisse à votre charge le poids de son absence. Bonne nouvelle ! Awumbuk se soigne et il y a un rituel pour cela. Durant trois jours, vous avez le droit de sombrer à corps perdu dans le chagrin. Vous passez votre temps à dormir, à pleurer. Vous êtes dispensé des corvées de chasse et des tâches ménagères. Et vos proches ont l’obligation de faire preuve de douceur et de gentillesse envers vous. Le troisième jour, on pose par terre une tasse ou une noix de coco évidée. Durant la nuit, l’eau qu’elle contient se gorge du souvenir de l’absent. Au matin, on jette cette eau au fond du jardin. Purgé de votre tristesse, vous reprenez le cours de votre vie.

« L’eau salée est le remède à tous les maux : la sueur, les larmes ou la mer. »

Karen Blixen dans « Le déluge de Norderney »

Écrivaine danoise (1885-1962)

À RETENIR

Les mots de l'amour et du désir

iStock

😊 Kilig

C’est une sensation délicieuse et fugace, faite de vertiges, de tremblements et de frissons. En tagalog, la langue majoritaire aux Philippines, kilig désigne l'excitation romantique, l'étincelle hormonale, les « chatouilles » du désir. En français, on parlera de papillons dans le ventre. Kilig, c'est le prélude au sentiment amoureux, particulièrement vif chez les adolescents. Mais cette émotion bien agréable peut aussi vous saisir par procuration lorsque, assis dans votre canapé, vous regardez les films romantiques de Noël sur TF1 ou Netflix. Attention, il ne faut surtout pas confondre kilig et gilig, sous peine de se fâcher avec votre moitié. Car cet autre mot tagalog décrit lui le désir incontrôlable de pincer, serrer ou mordre quelque chose de trop chou, un chaton ou les joues d’un bébé.

💏 Zweisamkeit

Ce mot allemand signifie littéralement « la solitude à deux » — einsamkeit, c’est la solitude tout seul. C’est un sentiment d’unité profonde, une passion fusionnelle : rien ne compte plus que l’être aimé.

🔥 Ya’aburnee يقبرني.

Cette expression arabe se traduit par « Enterre-moi ». Elle n’a rien de lugubre et c’est un merveilleux cri d’amour : je souhaite mourir en premier parce que la vie sans toi serait insupportable.

« Il y a des êtres qui nous touchent plus que d'autres, sans doute parce que, sans que nous le sachions nous-mêmes, ils portent en eux une partie de ce qui nous manque. »

Wadji Mouawad dans « Anima »

Dramaturge et écrivain libano-canadien

BONUS

Le point d’amour. Ce signe de ponctuation poétique a été inventé dans les années 1960 par le romancier Hervé Bazin. Il est formé de deux points d'interrogation qui se regardent pour former un cœur. Idéal pour ponctuer vos mots doux du jour.

Le club Bulletin À propos

Le dico des mots extraordinaires bientôt en livre

« Le dico des mots extraordinaires », c'est le livre papier qui compilera les mots de la fin de Bulletin. Il est en cours de fabrication. La maquette est quasiment finie (128 pages en format carré), les textes sont en train d'être relus. Il devrait être imprimé en France à Grenoble dans les semaines à venir.

Vous souhaitez le recevoir en avant-première ? Devenez membre du club Bulletin. C'est aussi un moyen simple de soutenir notre travail — et il y a d'autres contreparties sympas.

« Il y a deux raisons d'abandonner un livre. Soit il est absolument nul, c'est un amas de stéréotypes, on a lu 36 000 fois la même chose, on jette. Soit, au contraire, on sent que le livre nous résiste, et la prudence c'est de le ranger dans la bibliothèque et d'attendre de grandir jusqu'à lui. »

Daniel Pennac

Écrivain français

Retrouvez-nous sur Instagram

À RETENIR

Les mots du quotidien

iStock

🤗 Sobremesa

En espagnol, la conversation d’après-repas. Les assiettes sont vides, les ventres pleins et les esprits encore un peu enivrés. C’est à ce moment que les conversations sont les plus passionnées, les plus joyeuses, les plus sincères. Une bonne sobremesa dure au minimum aussi longtemps que le repas lui-même.

🥒 Mottainai もったいない

Vous avez des tomates et des courgettes oubliées dans votre frigo. Le jour où vous souhaitez les cuisiner, vous vous rendez compte qu’elles sont pourries. Le cœur lourd, vous les mettez à la poubelle, envahi d’un sentiment de désarroi et de honte. La langue japonaise a un mot pour cela : Mottainai, le regret face au gaspillage. Mottainai est inspiré par le bouddhisme. Nous sommes profondément liés aux choses (et donc aux légumes) qui nous entourent : celles-ci doivent être respectées, et donc utilisées au maximum de leur valeur (en ratatouille par exemple). Gaspiller est un non-sens. On grondera l’enfant qui ne finit pas son bol de riz : « C’est mottainai ! »

🥟 Shemomechama შემომეჭამა

L'overdose alimentaire en géorgien, une expérience courante lors des supra, les gargantuesques banquets locaux. Vous êtes largement rassasié, mais vous continuez à manger au-delà de la jauge de votre estomac. À table, les mets délicieux s’enchaînent, votre assiette et votre verre se remplissent sans que vous ne vous en rendiez compte. Mais attention, shemomechama n’a rien à voir avec la gourmandise. C’est une goinfrerie par accident, le mot porte en lui cette passivité : de la nourriture a été mangée en excès, et vous en êtes la victime innocente. S'il y a quelqu'un à blâmer, c'est le cuisinier !

🤗 Lagniappe

En Louisiane, ce mot très populaire de la culture cadienne (cajun en anglais) désigne le petit truc en plus offert par un commerçant au moment de votre achat. Lagniappe — prononcez Lanne Yap — , c’est quand votre boulanger vous glisse un croissant supplémentaire dans votre sac ou lorsque le vendeur du marché vous rajoute une ou deux tomates après la pesée. Un lagniappe vous donne durant quelques secondes le sentiment d’être un privilégié. Lagniappe vient de l’espagnol ñapa (le présent, le petit extra) qui lui-même découlerait du verbe quechua yapay (ajouter).

BONUS

🗣 Le saviez-vous ? Les dix principaux jurons en anglais utilisés entre 1989 à 2009 ont été : fuck, shit, hell, damn, goddamn, Jesus Christ, ass, oh my god, bitch et sucks. Niveau insultes, les Français sont culturellement très portés sur le registre anal-fécal (merde, enculé), les Italiens sur le sexe, les Canadiens la religion (hostie, tabernacle). Chez les Néerlandais, on se souhaite d’attraper des maladies terribles (le cancer, la polio, le choléra).

« Dans la vie, il y a deux choses sur lesquelles on peut toujours compter : les plaisirs de la chair et les plaisirs de la littérature.  »

Sei Shōnagon, Notes de chevet 枕草子

Écrivaine japonaise (966-1025)

BONUS

📍 Le saviez-vous ? Ce signe arobase @ date du Moyen Âge. C’est le mot latin « AD » (à, vers) dont le D a été enroulé autour du A (une ligature). Le mot arobase lui vient de l’espagnol arroba, lui-même issu de l’arabe ar-rub, le quart (une unité de mesure). L’arobase a été utilisée pour les emails à partir de 1971. En France, on l’appelle « A commercial », « at » ou « petit escargot ». À l’étranger, c'est « queue de singe » (apenstaartje en néerlandais), « pâtisserie enroulée » (zavinac en tchèque), « ver de terre » (kukac en hongrois), « singe araignée » (klammeraffe  en allemand), « signe du miaou » (miukumaukuen en finnois) ou « A avec une trompe » (snabel-a en suédois).

À RETENIR

Les mots de la nature

iStock

🍓 Smultronställe

Quel est le lieu le plus cher à votre cœur ? Les Suédois l'appelle Smultronställe, « le lieu des fraises sauvages ». C'est un endroit que nous chérissons particulièrement, lié à notre enfance, à un amour ou à un souvenir heureux. Un petit café, une crique secrète, une maison de vacances. Un endroit important dont nous sommes nostalgiques et où nous aimons nous réfugier pour y puiser de la force, parfois simplement en pensée ou en songe.

🐪 Essuf et éwabél

Vous connaissez le yin et le yang, ces deux concepts jumeaux de la philosophie chinoise. Le yin, noir, incarne le féminin, la lune, l’automne et l’hiver, le silence et le deuil. Le yang, blanc, est associé au masculin, au ciel et au soleil, au printemps et à l’été, au mariage et à la naissance. Mais à l’origine, le yin et le yang désignaient les deux versants d’une montagne, le premier ombragé et nuageux (en français, l’ubac), le second ensoleillé (l’adret). Les Touaregs ont eu aussi deux beaux mots qui fonctionnent en miroir, indispensables l’un et l’autre à la vie du nomade : l’essuf et l’ébawél. L’essuf, c’est le monde extérieur : le désert, le vide, l’inconnu, le sauvage, mais aussi la solitude, la nostalgie. L’ébawél, c'est le monde intérieur : l’abri dans le sable, la tente, le feu, et par extension l’utérus, la famille, le refuge.

👀 Solastalgie

Ce mot a été inventé en 2003 par le philosophe australien Glenn Albrecht, et évoque bien sûr l'urgence climatique. La solastalgie nous frappe quand nous voyons disparaître des lieux aimés : un champ où nous jouions enfant désormais bétonné, un bosquet dans lequel nous faisions des cabanes désormais rasé, un jardin où ne résonne plus le bruit des oiseaux, une colline sur laquelle nos enfants ne pourront pas faire de luge, une rivière où nous allions nous baigner désormais asséchée. C’est irréversible, et cela nous plonge dans un grand chagrin. La solastalgie, c’est le mal du pays sans en être jamais parti, un exil immobile.

« J'écris pour continuer à devenir une rivière ne figurant sur aucune carte.

Jim Harrison dans « Dalva »

Écrivain et poète américain (1937-2016)

Plaisir des yeux

Des haïkus photographiques

Majid Al-Yousef

New-yorkais d’adoption, Eric Kogan porte sur sa ville un œil de poète. Ce street-photographe excelle dans l’art de saisir les petits détails, les hasards merveilleux. La position d’un nuage dans le ciel, une plante grimpante sur un mur, le vol d’un pigeon, un lever de lune sur un gratte-ciel. Ses images très minimalistes forment de petits haïkus photosensibles. Une merveilleuse invitation à prendre le temps et à ouvrir les yeux.

📸 Son compte Instagram

JEU

🌻 Inventons un mot. « Je ne suis pas ta copine mais ta maman » ... « Tu crois que l'argent tombe du ciel » ... « C'est moi l'adulte, c'est moi qui décide. » Il manque dans la langue française un mot pour décrire ce moment particulièrement déstabilisant pour un parent quand il gronde ses enfants et qu'il se rend compte qu'il utilise exactement les mêmes mots et les mêmes intonations utilisés trente ans plus tôt par son père ou sa mère à son égard. Comment nommer ce sentiment étrange ? On offre notre livre aux meilleures propositions.

Partagez ce dico avec vos amis

Je partage sur les réseaux sociaux

bulletin.fr/mail/14032022/

Le mot de la fin

🌻 Merci ! Nous espérons que vous avez aimé ce dico. Bonne semaine.

Une idée, une réaction, une critique ? hello@bulletin.fr


Gérer vos bulletins

Lire en ligne | Les archives

S'abonner |