Épinglé

😍 La poésie du smiley. Distanciation sociale, apéro visio, cheveux hors de contrôle, pénurie de farine... Le journaliste Guillaume D. et la graphiste Manuela Ruiz ont relevé avec beaucoup d'humour un drôle de défi : inventer de nouveaux smileys.

Les bonnes infos

Ce qu'il faut savoir pour bien entamer cette semaine

Giphy

→ Un peu de dou(dou)ceur

Pour permettre aux enfants de pratiquer le judo malgré la distanciation, les moniteurs d’un club près de Rouen ont trouvé la solution : combattre avec des peluches.

→ Bon anniversaire Wikipédia !

L’encyclopédie collaborative fête ses 20 ans vendredi. Très critiquée à son lancement, elle est aujourd’hui reconnue pour sa capacité à faire le tri entre le vrai et le faux et à contenir le complotisme.

→ L'année 2020 en jeu vidéo

C'est ici.

→ La mémoire et la guerre

La photographe syrienne Rania Kataf sillonne le vieux Damas pour documenter le patrimoine exceptionnel de sa ville et de son pays, meurtri et menacé par dix ans de guerre sanglante. Avec elle, des centaines d’habitants rassemblent leurs trouvailles sur une merveilleuse page Facebook « Human of Damascus »

→ L'info inutile

2021 est la première année à être à la fois la séquence de deux nombres qui se suivent (20 et 21) et le produit de deux nombres premiers consécutifs (43 et 47).

Chez nos voisins

🇵🇱 Pologne. Dans la ville de Poznan, ce sont 8 palourdes équipées de capteurs qui contrôlent la qualité de l’eau potable de la ville. Si elles restent ouvertes, l’eau est bonne. Si en revanche, quatre d’entre elles referment leurs coquilles en même temps, c’est signe que l’eau est polluée.

🇸🇪 Suède. Le pays est parvenu à une décarbonation quasi complète du secteur du logement. Grâce à une meilleure isolation des bâtiments via des normes contraignantes et la mise en place d’une taxe carbone élevée qui encourage le chauffage urbain au bois plutôt qu’au gaz et au fioul.

La boîte à idées

« Ma chienne m’a sauvé quand j’allais baisser les bras »

iStock

Le problème. La France compte 300 000 personnes SDF en France. Beaucoup partagent leur vie avec un chien. Face à la dureté de la rue, l’animal va jouer le rôle d’une éponge émotionnelle. « Princesse m’a sauvé quand j’étais sur le point de baisser les bras. C’était ma seule raison de vivre quand je descendais trop bas ». Problème, la grande majorité des foyers n’accueillent pas les chiens, et leur maître refusent de les laisser à la SPA, raconte le site Reporterre dans un reportage poignant

L'initiative. À Caen, l’association Gamelles Pleines aide les personnes sans-abri à prendre soin de leurs animaux. En distribuant des croquettes ou du produit anti-puces lors de maraudes. En responsabilisant les maîtres sur leurs obligations (stérilisation, soins, sécurité des autres). L’association accompagne aussi certains lieux d'hébergement de Caen pour dépasser au-delà de leurs préjugés et se lancer dans l'accueil des animaux.

L’histoire. Vincent a tout partagé avec sa chienne Bones : sa vie heureuse lorsqu’il était en couple, la naissance de son fils, sa descente aux enfers. « Quand j’étais au plus mal, c’est sa présence qui m’a retenu de faire n’importe quoi.  » À Caen, Vincent a rejoint avec Bones un foyer « ami des chiens ». Il a trouvé un travail chez un maraîcher de la région. 

👉 À lire ici

FOIRE AUX QUESTIONS

🗣 Gros mots. Pourquoi dit-on m*** quand on se cogne ? C’est la faute de ce p*** de système limbique  (vidéo 5')!

Matière à penser

Le pouvoir étrange et magique des berceuses

Berthe Morisot

Des États-Unis aux Philippines en passant par le Liberia, le National Geographic propose un fascinant tour de monde des berceuses

À retenir : 

  • La berceuse est une expérience totale. La chaleur des bras, la caresse des mains, la douceur de la voix, l’odeur de la peau. Son efficacité scientifique est prouvée : elle fait baisser le rythme cardiaque du nourrisson, améliore la succion et favorise le sommeil. Chez le parent qui berce, elle diminue le stress.
  • La plus vieille berceuse connue date de 2000 av. J.-C. Chantée à Babylone, elle était un peu anxiogène : intitulée « Le petit enfant dans la maison sombre  », la chansonnette raconte les menaces d’une divinité réveillée par les pleurs du bébé. Un archéologue pense qu’il s’agissait d’un moyen pour effrayer l’enfant et ainsi développer chez lui des réflexes de défense.
  • Certaines berceuses sont carrément bizarres. La palme revient aux macabres berceuses islandaises, selon le site Slate : «  Je berce mon petit pour qu’il s’endorme / Mais dehors, un visage apparaît à la fenêtre… » «  Dors, cochon à l’œil noir / Tombe dans une fosse profonde pleine de fantômes. » Idéal pour s'endormir !
  • Les berceuses cristallisent nos peurs d'adultes. Khadija est une maman qui a connu la guerre en Syrie. Dans ses cauchemars, des hélicoptères la poursuivent, et elle se réveille morte inquiète pour ses enfants. Elle a inventé ses propres berceuses comme une invocation protectrice : « Ô avion, vole dans le ciel et ne frappe pas les enfants dans la rue. Sois tendre et gentil avec ces enfants. » 

👉 À lire ici

Berceuses 2.0. Si vous êtes parents, vous êtes forcément tombé un jour de pluie sur la chaîne YouTube des Titounis et ses dizaines de millions de vues. Un business lucratif, comme l’expliquait en 2017 le site Numerama.

Vous aimez Bulletin ? Partagez sur Facebook !

À PICORER

🦔 Vie sauvage. Les hérissons sont si mignons que certains veulent les domestiquer. Une pratique illégale.

🍷 Soda.  « Le Beaujolais du Texas, on n’en veut pas ! » Lancée en 1949, la conquête de la France par Coca-Cola aura été épique.

❄️ Isolement. Dans ce bout d’Arctique russe, l’expression « bout du monde » prend tout son sens. Étrange et beau.

👨‍👩‍👦 Famille. Durant 65 ans, cette femme a elevé la France entière.

🕺 Médias. Vous avez grandi dans les années 90 ? Vous collectionniez les fiches chanson d’Alizée ? Vous étiez amoureux de Séverine Ferrer ou de Filip ? Cet article est pour vous.

📸 Photographie. En 1966, John, un photoreporter anglais, tire le portrait de Jean-Michel, un gamin aux cheveux roux du bassin minier français. Sa photo paraîtra en double page dans le prestigieux Sunday Times. En 2020, grâce à la mobilisation des internautes et des journalistes locaux, tous les deux se retrouvent pour refaire la même image, 54 ans plus tard.

📍 Exploration. Il existe un Tik Tok français alternatif. Peuplé de TikTeufeurs qui font la bamboche dans la forêt, d’installateurs de fibre optique qui galèrent et de routiers passionnés.

« Pi, avec son cortège de décimales /  Ne s’arrête pas à la bordure de la page /  Il continue sur la table, traverse l’air /  Le mur, la feuille, le nid d’oiseau, les nuages, le ciel /  Jusqu’à un paradis flou et sans fond »

Wislawa Szymborska

Poétesse polonaise, Nobel de littérature 1996

Plaisir des yeux

La France de la fin du XIXe siècle en couleurs

Library of Congress

C’est une petite pépite perdue dans l’immensité du site de la Library of Congress américaine. Une série estampillée « LOT 13418 » qui référence près de 500 « photochromes » réalisés dans toute la France entre 1890 et 1900. Inventé en 1880, le procédé permet de coloriser une image à partir d’un film négatif noir et blanc, par un système de plaques lithographiques puis de colorisation à la main. Embarquez dans notre machine à remonter dans le temps !

📸 Le diaporama

👉 L’intégralité des 500 images

📍 Les autres pays d’Europe (dont la Suisse et la Belgique)

Le mot de la fin

📍 Wanderlust et Fernweh. Si vous avez un compte Instagram, vous avez forcément croisé le hashtag Wanderlust. Ce mot allemand signifie littéralement « le désir d’arpenter le monde », l’envie d’aventure. Il a été popularisé par les influenceurs du XIXe siècle que furent Goethe, Schubert et les romantiques, avant d'être adopté par ceux du XXIe siècle. 

La langue allemande possède un autre mot assez proche mais un peu plus profond, davantage adapté à la situation que nous vivons : Fernweh, la nostalgie du lointain, la douleur née de l’envie de tout quitter, le désir ardent de lieux rêvés. Ce sentiment peut vous saisir quand vous déposez un ami à l’aéroport ou lorsque vous regardez des bateaux quitter un port. L’inverse de Heimweh, le mal du pays.

Recommandez Bulletin
à vos amis

Je partage sur les réseaux sociaux

bulletin.fr/mail/11012021/

Une idée, une réaction, une critique ? hello@bulletin.fr

Kxwsxda. Le mot « Bonjour » chiffré avec le code de César, l’une des méthodes de cryptographie les plus célèbres de l’antiquité, utilisée par l’empereur lui-même pour sécuriser ses missives. Il s’agit d’un chiffrement par décalage : le texte codé s’obtient en remplaçant chaque lettre du texte en clair par la lettre qui est située X rangs plus loin dans l’alphabet, X constituant la clé de chiffrement (9 dans notre cas). 

Cette méthode, aujourd'hui « cassable » en une fraction de seconde par n’importe quel ordinateur, fut utilisée par l’armée russe durant la Première Guerre mondiale. Au XIXe, des amants s'en sont servis pour communiquer via les petites annonces publiées dans la presse. Aujourd’hui, le code de César est encore utilisé sur certains forums internet pour masquer les spoilers.


Gérer vos bulletins

Lire en ligne | Les archives

S'abonner | Supprimer Bulletin